Nouveau dossier conclu par l'équipe !


Piégé par un enfant virtuel des Enfants d'Argus, il est condamné à quatre mois ferme pour corruption de mineure par le tribunal de Moulins.


Un jeune homme de 19 ans, originaire de Nevers, hébergé à Moulins, a été condamné à quatre mois ferme pour corruption de mineure, ce mardi 3 mars par le tribunal correctionnel de Moulins. Il avait fait des propositions à une adolescente de 13 ans sur les réseaux sociaux. Mais il s'agissait d'un faux profil.La police reçoit, le 12 novembre 2020, un signalement d’une association, Les enfants d'Argus, qui piste les pédophiles en créant des enfnats virtuel sur Facebook. Depuis le 1er novembre, il s'avère qu'un jeune homme résidant à Moulins fait des propositions sexuelles à une adolescente de 13 ans ; il lui envoie des photos de son sexe, des vidéos de masturbation.

L’adolescente virtuelle lui ayant donné rendez-vous à Moulins le 12 novembre, le jeune homme, âgé de 19 ans, né à Nevers, hébergé en foyer à Moulins, est interpellé, placé en garde à vue puis remis en liberté. Malgré cela, il continue ses échanges jusqu’au 21 janvier. A nouveau interpellé, il est placé en détention provisoire le 27 janvier 2021. Encore mineur, il avait été condamné pour exhibition sexuelle par le tribunal pour enfants de Bourges en 2018.

Déjà condamné pour exhibition sexuelle

« Elle voulait juste me rencontrer pour me voir. Je lui envoyé des photos en érection parce que ça m’excitait », explique t-il, poursuivi pour corruption de mineure via les réseaux sociaux devant tribunal correctionnel de Moulins. Il savait que Léa - prénom de l'adolescente virtuelle - était mineure, mais ne se dit pas spécialement attiré par les très jeunes filles. Lui-même est en couple depuis quatre mois avec une jeune femme de 18 ans habitant en région parisienne. 

Il ne sait pas pourquoi il a recommencé après une première interpellation. « J’ai des pulsions », dit-il, confiant se masturber trois à cinq fois par jour. Mais il ne se considère pas comme un délinquant sexuel.« Vous proposez à une gosse de 13 ans tout ce qui est possible en matière sexuelle »DALILA ZANE (Présidente du tribunal judiciaire de Moulins)« Six-cents messages ont été répertoriés, vous avez des pulsions toute la journée ? », lui demande la présidente Dalila Zane, qui lui fait observer : « Vous proposez à une gosse de 13 ans tout ce qui est possible en matière sexuelle ».« C’est un dossier très particulier. Nous sommes en pleine corruption, davantage punie que des propositions », souligne la procureure Pauline Chaulet qui requiert une peine de six mois d’emprisonnement avec maintien en détention, interdiction d’activité en contact avec des mineurs pendant cinq ans, inscription au fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles et violentes (Fijais).

L'avocate du prévenu s'interroge sur la légitimité de l'association qui a piégé son client

Avocate du prévenu, Me Bucci s’interroge sur la légitimité de cette association française chasseuse de cybercriminels, « habilitée par qui pour créer de faux profils « ? Pour elle, les éléments constitutifs de l’infraction ne sont pas réunis : il n’y a pas de victime mineure car elle n’existe pas ; il n’y a pas d’élément intentionnel non plus car pas de volonté de perversion de la jeunesse, seulement des pulsions. « Il savait pertinemment qu’il n’y avait rien en face ». L’avocate moulinoise plaide donc la relaxe, à défaut la plus grande clémence. Le tribunal a condamné le jeune homme à quatre mois de prison ferme (auxquels s’ajoutent deux mois d’un précédent sursis, qui a été révoqué) avec maintien en détention, interdiction d’exercer une activité en contact avec des mineurs pendant cinq ans, suivi socio-judiciaire pendant trois ans et inscription au Fijais.

Pascal Larcher

https://www.lejdc.fr/moulins-03000/actualites/piege-par-un-faux-profil-il-est-condamne-a-quatre-mois-ferme-pour-corruption-de-mineure-par-le-tribunal-de-moulins_13922469/?fbclid=IwAR1CefgdjHJChl1-zIt05pWKyqhmLXrLM2Qw5fEqSehpBR5bzHPs79K1RvU