‎Sandrine Dufrasne‎ - Dénoncer la pédocriminalité - ENSEMBLE


A PARTAGER EN MASSE.

Bonjour, EVRA soutient la cagnotte des enfants de Rezé. Au total 38 victimes à ce jour. Des petits bouts de 3 à 6 ans. 17 victimes d agressions sexuelles et viols, 21 victimes collatérales. Ils et elles ont besoin de nous, de vous.. partagez en masse, et si vous le pouvez même une petite contribution serait plus que la bienvenue. Je copie le texte de la cagnotte ci dessous afin de vous faire comprendre l importance de cette affaire . Merci à vous

Nous faisons appel à des dons concernant une procédure judiciaire pour défendre les droits de notre fille. Une dépôt de plainte a été déposé en Octobre 2019 auprès de la brigade des mineurs de Nantes pour agression sexuelle par ascendant sur mineurs de moins de 15 ans, agent périscolaire d'une école maternelle de Rezé 44400. Une enquête a été ouverte dès mars 2019 pour agression sexuelle aggravée sur plusieurs enfants en maternelle par un agent périscolaire travaillant dans deux écoles. A ce jour, nous avons 17 victimes dont les plaintes sont recevables et d'autres victimes collatérales (témoins oculaires). Les plaintes retenues sont celles où les enfants ont parlé et/ou été examiné. Ils n'ont pas retenu les corruptions de mineurs, voilà pourquoi notre avocate continue à défendre leurs droits.
L'affaire touche un grand nombre d'enfants de 3 à 6 ans, nous nous sommes regroupés pour créer un collectif. Ci-dessous l'explication.
Le collectif « Les voix de nos enfants » a vu le jour en mars 2019 à l’initiative de parents d’enfants victimes, suite aux suspicions d’agressions sexuelles aggravées commises par un agent municipal exerçant dans les services de la périscolaire des écoles du Chêne Creux et de Ouche Dinier à Rezé (44).
Ce collectif a plusieurs objectifs complémentaires:
- Soutenir les familles d'ENFANTS VICTIMES des écoles , afin que les responsabilités de chacun soient établies dans cette procédure.
- Mettre en place un SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE au sein des écoles concernées.
Les enfants ont besoin d’un cadre sécurisant et apaisé, et nous pensons que la venue d’un psychologue à l’intérieur de l’école pourrait leur permettre de poser des mots sur leur mal être.
- Afin que cette situation NE SE RENOUVELLE PAS ! Les collectivités ́s territoriales et administrations en charge de l’enfance et la jeunesse doivent avoir une prise de conscience, être formées, savoir repérer, ne plus banaliser certains gestes et comportements, mettre en place des plans de gestion de crises rapides et efficaces face à ce genre d'événements. Sur ce point, nous souhaitons mettre en place une pé́tition, afin qu’une procédure de gestion de crise soit élaborée au niveau national et serve à tous.
Cet agent périscolaire a été suspendu de ses fonctions en mars 2019 et mis en examen. Il a actuellement un contrôle judiciaire qu'il suit à la lettre. Notre avocate, Maître Marie Grimaud a un travail colossal pour requalifier les faits de chaque enfant afin que l'affaire passe du domaine correctionnel au pénal car certains cas sont plus lourds que d'autres et nécessitent une enquête plus approfondie qui rallonge la procédure de 18 à 24 mois supplémentaires. Elle se bat pour demander un complément d'enquête sur les expertises psychiatriques de l'agent périscolaire. Elle va mettre en place une aide psychologique d'urgence pour chaque enfant et parent.
A savoir que Maître Grimaud, l'avocate que nous avons choisi, est spécialisée dans la pédo-criminalité, ainsi que son confrère Maître Constantino. Malheureusement pour nous, pendant toute la procédure d'enquête, ils n'acceptent pas l'aide juridictionnelle. Cela sera seulement accepté en dernier temps pour une partie des frais liés à l'audience. (Je vous les communiquerais en temps et en heure). En décembre 2018, notre Fils, Esteban âgé de 10 ans, scolarisé à l'école Ouche Dinier à Rezé, a rencontré au cours de sa scolarité un certain nombre de difficultés qui ont freiné son apprentissage et abouti à une phobie scolaire. Nous avons mis en place du suivi orthophoniste et scolaire, sans succès. Après avoir eu plusieurs entretiens avec l'enseignante, nous avons fait le choix de le mettre en internat (Notre Dame de bon Accueil à Gorges) afin d'essayer un parcours scolaire différent, plus axé sur l'accompagnement et l'autonomie. L'établissement a noté une réelle amélioration cependant faute de moyens, nous avons du l'enlever. Afin qu'il ne retourne pas dans sa première école, nous avons décidé de le scolariser dans une autre école (Chêne Creux à Rezé), tout près de la maison. Les difficultés rencontrées au départ, problèmes de lecture, d'écriture et de compréhension, sont revenus très rapidement. Les angoisses et appréhensions manifestées par Esteban étaient dues à un manque de confiance en soi, aux moqueries de ses camarades et au fossé grandissant qui se créait entre lui et le reste de la classe.
Voilà pourquoi nous avons décidé, mon mari et moi, de faire l'école à la maison, l'instruction en famille. Dans le but de tester un autre apprentissage, et de pouvoir apporter à notre fils une autre façon d'apprendre, avec plaisir, de lui redonner confiance en lui et de reprendre les bases.
Notre fille Julie, en grande section à l'école Ouche Dinier de Rezé, en janvier 2019, suite à plusieurs signes inquiétants (angoisses, pleurs, cauchemars, comportements sexualisés, colères, énurésie...) que nous avions remarqué dans notre foyer mais que l'école n'avait jugé bon de nous en faire part sauf les difficultés langagières (bégaiement et le refus de travailler), nous avons également pris la décision de scolariser notre fille à la maison au vu de ma disponibilité, qui n'était à l'origine pas notre choix, face à nos convictions, mais une obligation face à son mal-être scolaire.A ce moment là, nous étions à mille lieux d'imaginer le cauchemar qui allait être mis en lumière quelques semaines après sa déscolarisation.
Mi-février 2019, nous avons reçu un charmant courrier de l'Aide Sociale à l'Enfance nous notifiant une convocation pour une Information Préoccupante concernant Julie et Esteban pour le motif suivant: Voici son contenu "Julie avait en effet évoqué à la maîtresse de grande section des câlins bizarres, ce qui la mettait mal à l'aise et la peur qu'IL lui inspirait, disait qu'elle avait reçu des coups dans le dos et le ventre de ce dernier? Les professionnels avait en outre observé des comportements sexualisés chez la fillette sur d'autres camarades, propos comparant la taille des sexes de ceux-ci à son frère, alors qu'elle apparaissait en difficultés avec ses pairs à l'école, elle présentait également d'importantes difficultés de langage.Esteban a été complètement déscolarisé en septembre 2018 et Julie en janvier 2019.
En mars 2019, nous avons reçu un mail de Mr le maire "Allard Gérard", nous informant qu'un signalement a été ouvert auprès de l'école Ouche Dinier et Chêne Creux contre l'agent périscolaire pour agression sexuelle, et que le prévenu est mis en examen. Vous pouvez retrouver les informations concernant cette affaire sur Internet, et certains articles de presse.
Suite à toutes ces péripéties et le mal-être persistant de Julie, nous avons décidé d'aller voir un psychologue car Julie commençait à se confier à son père sur des actes qu'elle avait subi. La psychologue a fait un signalement auprès du procureur et nous avons donc déposé plainte auprès de la brigade des mineurs. Nous sommes en octobre 2019, à ce moment je ne faisais pas partie du collectif "Les voix de nos enfants" créé 8 mois auparavant. Face à ce dépôt de plainte, je me suis mise en relation avec le collectif. Lorsque j'ai eu vent des témoignages des enfants ainsi que du nombre de victimes, cela dépassait l'entendement. Pendant toute cette période là, une enquête de travailleurs sociaux a été menée, demandée par le Juge des Enfants, suite à l'Information Préoccupante faite par l'école de Julie, ce qui nous a coûté 3000€ d'honoraires d'avocate, Maître Grimaud.
Nous avons gagné, cette étape a été clôturée par le Juge des Enfants. Voici les dires du jugement "Il ressort en effet de ces investigations que la prise en charge éducative qui leur est offerte par leurs parents est ajustée à leurs besoins, que leurs parents sont en capacité de questionner leur positionnement éducatif les concernant, au regard des difficultés qu'ils ont pu rencontrer et de mettre en place des suivis nécessaires à leur bonne évolution, qu'Esteban et Julie ne représentent, dans ce contexte, aucun signe de mal-être visible auprès de leurs parents. La révélation de faits nouveaux au cours des investigations éducatives, à savoir l'audition de Julie dans le cadre d'une enquête pénale, en tant que victime d'agression sexuelle de la part d'un animateur scolaire de l'école de Rezé, dans laquelle elle était alors inscrite, vient en outre apporter des éléments d'explications sur les inquiétudes ayant fondé l'ouverture de la présente procédure, information préoccupante initiale amenant à son établissement scolaire au regard des propose de Julie ainsi que les gestes déplacés à son égard et attitudes sexualisées remarquées chez la fillette. Un non lieu à assistance éducative sera par conséquent ordonné et la présente procédure sera clôturée".
Merci pour le soutien financier et le réconfort des généreux donateurs de la première cagnotte.
A ce jour, l'agent périscolaire est toujours mis en examen pour les premiers chefs d'inculpation, une deuxième vague est arrivée pendant ces longs mois, la liste des enfants s'est considérablement allongée. La commission rogatoire a bien été déposée au Tribunal de Grande Instance de Nantes et toutes les pièces sont entre les mains de Maître Grimaud. Dans les prochaines semaines l'agent périscolaire sera convoqué devant le Juge d'Instruction pour une éventuelle détention. L'affaire sera médiatisée en septembre,je vous en informerai sur cette page.
Nous sommes à la deuxième étape de notre affaire.
Défendre les droits de notre fille, que Justice soit faite par rapport à ce prédateur sexuel, qu'il soit reconnu coupable et condamné!
La procédure judiciaire est longue et coûteuse. A ce jour, nous avons déjà versé 3000€, grâce à la première cagnotte, mais cette somme est dérisoire par rapport à la globalité de la procédure. En effet, cette somme concernait le signalement fait par l'école qui pensait que le problème venait de notre foyer sur la mal-être de Julie.
Cependant pour mener à bien notre combat, nous devons nous acquitter de nouveau de 3000€ à Maître Grimaud afin qu'elle puisse poursuivre son travail pendant toute cette enquête.
Aussi je fais appel à votre générosité et votre empathie.
Envie de nous aider à récolter plus de dons ? Partagez cette cagnotte !
Merci à tous !
https://www.leetchi.com/c/justice-pour-notre-fille…

https://www.leetchi.com/c/justice-pour- notre-fille?fbclid=IwAR1Pboy-I390KFqbP4akGeDMC0iBrzKkO6tGrndtdcxkZuoh1gk0uvWkC20